Dernière mise à jour : 18-06-2013 Accueil/Actualités Plan du site Contact
APR clos > Présentation de l'appel


• APR 2001
PROGRAMME DE RECHERCHE INTERORGANISME

DATE DE CLOTURE : 28 septembre 2001

Après cinq années de soutien aux recherches sur la pollution atmosphérique - de la connaissance des émissions à celles des impacts sur la santé - les instances du programme PRIMEQUAL-PREDIT ont souhaité que les années 2000 et 2001 soient consacrées au bilan des connaissances acquises et à leur valorisation auprès de l´ensemble des acteurs concernés (ministères, collectivités, citoyens…).

Les thèmes retenus sont :
1. Les déterminants des expositions : mesur
2. Les effets de la pollution atmosphérique
3. Outils d'évaluations des politiques publ

A l´issue de cette période, il est apparu nécessaire de poursuivre cette action de soutien à la recherche et de mettre en place une deuxième phase de ce programme, appelée PRIMEQUAL 2, dont l´objectif est de fournir les bases scientifiques nécessaires à l´évaluation des risques sanitaires et environnementaux de la pollution atmosphérique afin d'aider à la mise en place des dispositifs de gestion adaptés. Ce programme a vocation à être partie prenante du troisième Programme de recherche et d'innovation dans les transports terrestres (PREDIT 3).

Enjeux et objectifs du programme

La dégradation de la qualité de l´air en zone urbaine ou hors agglomération est à la fois due aux sources locales fixes (activités, dispositifs de chauffage) ou mobiles (circulation automobile) mais aussi à la pollution transportée à longue distance. Pour mieux asseoir les politiques d´amélioration de la qualité de l´air dans ces différentes zones, le renforcement des connaissances scientifiques doit tenir compte des évolutions du contexte réglementaire, économique et social qui se traduit notamment par l´évolution de la structure des émissions, l´évolution des émissions des installations classées, l´évolution des carburants et des motorisations, l´évolution des parcs automobiles et routiers, l'évolution des pratiques agricoles, la modification des sources énergétiques, l´évolution du coût de l´énergie, la diversification des types d´énergie, l´apparition ou la disparition de substances nocives, la découverte de nouveaux impacts sur la santé, le bien-être ou l´environnement, l´évolution de la «représentation» de la pollution par la population, l´apparition de nouvelles questions.

Ainsi, les enjeux scientifiques du programme PRIMEQUAL 2 se posent à deux niveaux pour orienter les décisions politiques :

• régional et national concernant la santé publique, les ressources, le transport, l´énergie, l´aménagement du territoire et les pratiques agricoles ;

• international pour assurer le développement d´une expertise française dans les négociations entre pays.


La mise en œuvre de la loi sur l´Air et l´Utilisation Rationnelle de l´Energie nécessite, d´une part, de continuer à développer des outils pour la mesure de la qualité de l´air, sa cartographie et sa prévision et, d´autre part, d´évaluer les effets sur la santé ou le bien-être et sur les écosystèmes.

Dans une démarche internationale coordonnée, la convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière, dite convention de Genève signée en 1979 et ses protocoles en constante évolution, définit, à partir du coût de réduction des émissions de polluants et des objectifs environnementaux en matière d´acidification, d´eutrophisation, de pollution photochimique et d´impact sur la santé, les niveaux d´émissions nationaux que les états signataires s´engagent à respecter. Dans ces enceintes, les états peuvent présenter des recherches effectuées sur ces différentes thématiques, proposer de nouvelles orientations étayées sur des bases scientifiques pertinentes. Ceci implique nécessairement que le programme favorise la mise en œuvre des coopérations entre les laboratoires français et étrangers.

L´union européenne utilise également ces travaux pour l´élaboration des stratégies européennes de réduction des émissions de polluants dans l´air (AUTO-OIL, CAFE).

Pour répondre à ces enjeux, les principales extensions des recherches à soutenir dans cette nouvelle phase du programme sont (i) la prise en compte des échelles régionales et continentales (niveau européen notamment), (ii) celle de la pollution à l´intérieur des locaux à l´exclusion des ambiances professionnelles à caractère spécifique (industrielles…) et (iii) le renforcement des connaissances sur les impacts sur les écosystèmes agricoles et forestiers et sur les matériaux du patrimoine bâti (notamment patrimoine culturel et historique).

PRIMEQUAL 2 a pour objectif de soutenir des recherches finalisées. Les recherches menées plus amont sont effectuées dans le cadre du PNCA (Programme National de Chimie Atmosphérique), du PATOM (Programme Atmosphère et Océan à Moyenne échelle) et du PNEDC (Programme National d´Etude du Climat), programmes pilotés par le CNRS/INSU Elles ne seront donc pas considérées ici. En revanche, des contacts étroits seront noués avec ces programmes afin d´assurer une bonne complémentarité, voire l'émergence de projets communs.

Les liens avec les autres groupes du PREDIT seront recherchés sur les thématiques transversales (monétarisation des coûts, modèles de trafic,...).

Le présent programme est articulé autour de trois axes. Le premier concerne l´exposition aux polluants atmosphériques et ses déterminants, le deuxième vise à mieux connaître les effets de la pollution sur la santé, les écosystèmes, le bâti et plus largement sur les individus, la société humaine et son environnement et le troisième a pour objectif de contribuer à la mise en place et à l´évaluation des politiques publiques.

Les projets de recherche attendus sur l´ensemble de ces axes sont de deux sortes :

- des projets thématiques renforçant les connaissances sur un point précis ;

- des projets transversaux nécessitant une approche coordonnée inter et/ou pluridisciplinaires permettant
d´aborder les aspects systémiques de la pollution atmosphérique.

AXE 1 : Les déterminants des expositions : mesure, calcul et modélisation des émissions, concentrations et expositions

Les connaissances concernant les niveaux de contamination rencontrés dans l´environnement doivent être précisées. Mieux caractériser la nature des polluants et le niveau d´exposition des populations, des écosystèmes et des matériaux est une nécessité pour qualifier les dangers et quantifier les risques. Ainsi, les projets s´attacheront, si possible, à montrer leurs coordination et implication dans les problématiques développées dans les deux autres axes de l´appel à proposition.

Pour cet axe, l'ozone, les composés organiques volatiles et les particules fines sont les polluants prioritaires. Un intérêt particulier sera porté à la composition des particules (métaux notamment) ainsi qu'aux précurseurs de ces polluants (particules primaires, oxydes d'azote...). Les projets pourront également s'attacher à caractériser d'autres polluants comme les pesticides et les contaminants biologiques."

1.1. Caractérisation de la pollution ou de l´exposition à une échelle microlocale ou régionale

L´objectif est de disposer d´une meilleure caractérisation spatiale et temporelle de la contamination atmosphérique depuis l´échelle micro-locale jusqu´à l´échelle continentale afin d´apprécier les concentrations de polluants qui entrent en contact avec les matériaux, les écosystèmes et les populations. Ainsi, des projets scientifiques sont plus particulièrement attendus sur les points suivants :

Emissions et métrologie des polluants

• Amélioration de la connaissance des émissions industrielles, et des transports terrestres (notamment particules à l´échappement, mise en suspension de particules, évaporation de COV) et aériens. Amélioration de la connaissance des émissions des écosystèmes naturels, agricoles ou forestiers, plus particulièrement pour des composés tels que l´ammoniac, les pesticides, les COV biogéniques ainsi que les NOx en zone rurale.

• Développement et mise au point de méthodes de saisie de données :

• Méthodes innovantes de prélèvement et d´analyse des polluants atmosphériques ;

• Amélioration des performances d'appareils tels que les LIDAR, DOAS ou ceux fondés sur des diodes laser.... ;

• Développement de méthodes d'utilisation de capteurs satellitaires actuels permettant de détecter des constituants atmosphériques signatures de la pollution (aérosols urbains, ozone troposphérique, oxyde de carbone, oxyde d'azote...) ;

• Développement de techniques de mesures (actives ou passives) fiables et acceptables des polluants de l´air dans les microenvironnements, notamment intérieurs (sensibilité élevée, faible niveau sonore, faible encombrement). La priorité sera donnée aux polluants dont l´effet sur la santé est avéré. Cela intègre l´intercomparaison d´équipements de prélèvement disponibles.

• Meilleure caractérisation physico-chimique des particules fines en suspension, afin notamment de permettre une identification de leur origine.

• Modélisation inverse des émissions de polluants dans l´air à partir des concentrations mesurées dans l´air ambiant et de la météorologie (mesures en continu, tubes à diffusion,...).

La réactivité physico-chimique et le transport des polluants

• Etude de la réactivité atmosphérique (phase gazeuse et multiphasique) des polluants prioritaires, visant à déterminer leur persistance et à identifier leurs principaux produits de dégradation dans des conditions simulant le milieu atmosphérique, intérieur ou extérieur.

• Développement de modèles physico-chimiques mettant en jeu les phases gazeuse, liquide et solide de l´aérosol atmosphérique et leurs nombreuses interactions (formation d'aérosols secondaires à partir d'espèces gazeuses, impact des aérosols sur les cycles chimiques et les taux de photolyse...).

• Examen des conséquences des incertitudes liées aux modèles utilisés (statistique, déterministe,...) et/ou aux données d´entrées (émissions, données météorologiques,...) sur les simulations.

• Analyse des processus ou évaluation de modèles de physico-chimie et de transport ou de certains de leurs modules à partir de mesures ou de campagnes de mesures. La priorité sera néanmoins donnée à l´exploitation des campagnes déjà effectuées. L'exploitation de la campagne ESCOMPTE fera l'objet d'un projet fédérateur élaboré ultérieurement.

• Intégration d´échelles, depuis l´échelle locale jusqu´à l´échelle continentale : la qualité de l'air et la nature et la quantité des dépôts secs étant influencées à la fois par les émissions locales et par le transport à longue distance. L'échelle urbaine nécessite un traitement spécifique tenant compte du bâti.

• Développement des techniques de traitement des données, d´assimilation de données ou de systèmes d´information géographiques permettant d´établir des cartographies de la pollution de l´air plus représentatives que les simples interpolations et extrapolations et préciser ainsi les sources géographiques des pollutions, par exemple celles d´origine agricole.

• Impacts du trafic aérien sur la qualité de l´air locale et régionale en lien avec les caractéristiques des inventaires d´émissions qu´il serait nécessaire de mettre en œuvre.

Indicateurs et indices d´exposition ou de pollution

• Utilisation optimisée des données issues des réseaux de surveillance de la qualité de l´air à des fins d´évaluation de l´exposition des personnes, des matériaux et des écosystèmes, notamment dans les microenvironnements extérieurs tels que des rues canyons... ; l´étude des relations entre les données issues de la surveillance de la qualité de l´air et les expositions mesurées sur différentes échelles de populations et de temps (court ou long terme).

• Analyse des données issues des réseaux de surveillance de la qualité de l´air pour construction d´indicateurs d´exposition prenant en compte l´hétérogénéité du territoire (sources d´émission, configurations urbaines, bâti…).

• Exploration d'indicateurs alternatifs aux méthodes actuelles de mesure temporelles en proposant d'autres pas de temps pertinents notamment pour appréhender les effets survenant à long terme.

• Mise au point et utilisation des végétaux et bio-indicateurs sentinelles (mousses, lichens, capteurs à cellules humaines...), permettant de mieux évaluer la qualité de l´air et d´appréhender les effets survenant à long terme sur l´environnement, notamment pour les retombées de polluants (composés acides, poussières, métaux, POP, pesticides,..).

• Recherche de paramètres accessibles, voire quantifiables, pour caractériser la gêne ou la perte de bien-être de la population tels que la perte de visibilité, la perte de luminosité, les odeurs (jury de nez,..), les retombées de poussières et les salissures.

1.2. Caractérisation des microenvironnements

Pour disposer de relations doses-effets encore plus fiables, un préalable est d´acquérir une meilleure connaissance de l´exposition individuelle. A cette fin, il est nécessaire, d´une part, de prendre en compte les bilans espace/temps/activité et d´autre part de caractériser les niveaux de pollution rencontrés dans les différents micro-environnements extérieurs (rues canyon,...), intermédiaires (halls de gare, transports,..) et intérieurs (logement, travail,..). Cet axe permet également d´approcher plus finement les concentrations de polluants entrant en contact avec les matériaux du bâti. Ainsi, des projets scientifiques sont plus particulièrement attendus sur les points suivants :

• Identification et quantification des sources d´émission liées aux occupants et à leurs activités ainsi qu´au bâtiment et à leur aménagement.

• Etablissement des relations entre pollution extérieure et pollution intérieure pour différents types de lieux de vie (domiciles privés et lieux publics fermés, musées, églises, bibliothèques, archives...) et habitacles (véhicules individuels, camions, transports collectifs...). Le rôle des habitudes de ventilation, des systèmes de ventilation et de climatisation dans ces relations pourra être exploré.

• Compréhension des mouvements d'air à l'échelle micro-locale en relation avec la prise en compte notamment des hétérogénéités spatiales intérieures, de la réactivité des polluants, des phénomènes de sorption afin de contribuer à la simulation de l'exposition humaine dans différents environnements.

1.3 Caractérisation de l´exposition individuelle

L´objectif est d´accroître les connaissances sur les niveaux d´exposition individuelle afin d´envisager des études épidémiologiques ou d´évaluation du risque plus précises. Ainsi, des projets scientifiques sont plus particulièrement attendus sur les points suivants :

• Amélioration des dispositifs portatifs individuels. Des méthodes d´inter-comparaison entre capteurs fixes et mobiles doivent être mises au point sur des bases solides.

• Mesure simultanée de l´exposition à plusieurs polluants afin de pouvoir ensuite mieux appréhender les interactions en termes de conséquence sanitaire.

• Exposition individuelle de segments identifiés de la population tels que les enfants, les asthmatiques, les insuffisants cardiovasculaires, les femmes enceintes,...

• Recherche de marqueurs biologiques traduisant une exposition aux polluants atmosphériques.

• Développement de méthodes de reconstruction des expositions passées : les effets survenant après des temps de latence prolongés nécessitent d´avoir accès à cette information.

• Développement d'outils et de méthodes pour mieux apprécier l'exposition cutanée aux polluants atmosphériques

AXE 2 : Les effets de la pollution atmosphérique et ses dommages sur la santé, les écosystèmes et le bâti

L´évaluation des impacts de la pollution atmosphérique doit naturellement s´intéresser à plusieurs dimensions, selon la nature des cibles et les échelles de temps et d´espace considérées. Sans prétendre englober artificiellement en un seul projet l´ensemble de ces facettes, des propositions visant à éclairer les relations entre les écosystèmes, les hommes et les environnements bâtis sont attendues.

2.1. Impact sur la santé humaine

Les projets relatifs à la santé s´intéresseront particulièrement aux effets d´expositions prolongées, même modestes, à des polluants spécifiques ou à des indicateurs de mélanges complexes partageant des sources communes. Si les approches épidémiologiques sont tout à fait pertinentes pour étudier les conséquences d´expositions chroniques, elles ne suffisent pas et doivent être confrontées à des approches cliniques et expérimentales in vitro ou in vivo, plus à même d´identifier les mécanismes causals. Dans ce contexte d´expositions prolongées ou répétées, une approche intégrée de l´exposition à la pollution atmosphérique est nécessaire afin de mieux caractériser les risques. Pour mettre en œuvre cette approche, les milieux intérieurs (travail, logement,...), extérieurs (espaces complètement ouverts) et intermédiaires (moyens de transport, halls de gare,...) seront également examinés.

D´une manière générale, les recherches à promouvoir sont destinées à produire des connaissances utiles à l´évaluation des risques liés à la pollution atmosphérique. Deux grands axes sont à cet égard particulièrement pertinents : la construction de fonctions dose-réponse pour certains polluants ou indicateurs de pollution, et l´identification de populations «sensibles», que ce soit du fait de facteurs personnels (âge, état de santé ou immunitaire,…) ou du fait d´interactions avec d´autres facteurs d´exposition concomitants.

Ainsi, plusieurs questions scientifiques sont à élucider en priorité :

• Analyse des effets sanitaires et biologiques des particules fines et ultrafines, si possible en fonction de leur composition (HAP, métaux toxiques,...). Une attention particulière sera portée aux effluents des moteurs de nouvelle technologie et aux émissions industrielles sans négliger les autres sources.

• Travaux concernant le rôle de la pollution atmosphérique sur le développement de maladies allergiques de l´arbre respiratoire, et sur les relations entre pollution atmosphérique chimique et bio-allergènes induisant des états allergiques rémanents ; travaux sur les effets des polluants sur d'autres appareils, en particulier, l'appareil cardiovasculaire et l'appareil reproducteur.

• Effets in vivo et/ou in vitro des polluants et des mélanges de polluants en fonction de pathologies associées, comme les broncho-pneumopathies chroniques obstructives, les infections… L'utilisation de modèles animaux pertinents pourrait se révéler très utile pour réaliser ces études.

• Etudes des effets biologiques et des risques à court ou à long terme (notamment cancers) liés à la présence de polluants (contaminants chimiques, allergènes, contaminants biologiques,...) et des risques liés à l´exposition simultanée à plusieurs polluants à l´intérieur ou à l´extérieur (polysensibilité aux substances chimiques,...) ; les effets des composés organiques volatils méconnus et des biocides seront particulièrement étudiés.

• Mieux appréhender les relations doses-effets, conforter et faciliter la généralisation de résultats déjà acquis ; à cette fin, des approches méthodologiques originales en matière d´évaluation des risques pour la santé ou pour la ré-analyse par de nouvelles méthodes statistiques des résultats des grandes enquêtes épidémiologiques, sont bienvenues.

2.2. Impact sur les écosystèmes

L´impact de la pollution atmosphérique sur les écosystèmes dépend des quantités de polluants absorbées par les plantes et de la réaction des différences espèces. Les recherches proposées pourront donc concerner à la fois les mécanismes d´absorption, les effets sur le métabolisme des plantes et le fonctionnement des écosystèmes à différentes échelles.

• Mécanismes et voies d´absorption des polluants par les plantes ; quels en sont les déterminants et les facteurs limitants (physiques, chimiques ou biologiques) ?

• Modalités d´impact des principaux polluants (O3, NO2, NH, particules) sur les plantes, de l´échelle cellulaire à celle de la plante entière. Impact des polluants atmosphériques sur le fonctionnement des plantes à court (heure) et moyen terme (année) : photosynthèse, respiration, fonctionnement stomatique, consommation en eau, rendement, …

• Impact de la pollution atmosphérique sur le fonctionnement des écosystèmes naturels, forestiers et urbains à long terme (modification du milieu, évolution de la composition floristique, …) ; détermination de charges critiques.

• Interactions possibles entre l´impact de la pollution atmosphérique et d´autres pressions environnementales.

• Recherche des effets synergiques ou antagonistes des mélanges de polluants.

2.3 Impact sur les matériaux du patrimoine bâti

L'implication de la communauté scientifique française dans ce domaine de recherche devrait être notablement augmentée et structurée, à la mesure des enjeux économiques (entretien, conservation, restauration des bâtiments, tourisme de masse) et de la qualité du cadre de vie des citoyens.
Les travaux attendus pour évaluer l´impact de la pollution atmosphérique sur les matériaux du patrimoine bâti, y compris le patrimoine culturel et historique, sont :

• identification et étude des mécanismes d'action des polluants gazeux et particulaires, secs et humides (pluies), qui sont actifs sur les matériaux (pierre, ciments, bétons, enduits, verre et vitraux, peintures et fresques, métaux, polymères...) ;

• établissement des fonctions dose-réponse et des seuils et charges critiques ou acceptables, par des expériences de simulation en site réel et/ou en chambre climatique ;

• développement de cartographies des risques à différentes échelles pertinentes (continentale, nationale, régionale, urbaine).

2.4 Impact économique

Lors de l´élaboration des politiques de réduction des émissions, la prise en compte des critères de coûts impliqués par une action et des bénéfices que l´on peut en retirer est importante pour évaluer l´impact d´une décision. Cette information est d´autant plus souhaitée que le coût marginal assumé pour éviter une unité de polluant peut être élevé. Cependant, les incertitudes concernant l´estimation des dommages liés à la pollution restent importantes. La quantification des bénéfices susceptibles d´être obtenus repose sur l´appréciation que peuvent en porter les bénéficiaires. Un effort de recherche pour améliorer la détermination de ces paramètres est donc nécessaire pour éclairer la décision, en contribuant au trois sujets suivants :

Externalités et coûts de la dépollution

• Evaluation des coûts externes, dans toutes leurs dimensions notamment pertes économiques, coût de dépollution et de remédiation, de la pollution de l'air (intérieure et extérieure), si possible en fonction de la source.

• Développement de la modélisation des relations complexes entre effets physiques et économiques, et de bases de données opérationnelles afin de mieux apprécier les coûts liés à l'exposition des personnes aux polluants atmosphériques et notamment les particules fines, à la dégradation des matériaux sensibles des bâtiments exposés à différents gaz, aux dommages aux cultures agricoles ainsi qu'aux forêts par les composés photochimiques, ou encore les coûts de la contribution au réchauffement climatique.

• Evaluation des coûts des dommages sur le patrimoine architectural historique.

• Détermination des coûts des mesures qui permettent de réduire l'incidence négative de la pollution de l'air sur l'environnement ou la santé humaine.

• Amélioration de la prise en compte de différents horizons temporels et du recours à l'actualisation.

Analyse coûts-bénéfices

• Développement d'analyses comparant les coûts de dépollution aux coûts des dommages évités : il s'agit de pouvoir recourir à des méthodes d'optimalisation afin d'améliorer l'efficacité de l'usage des ressources mises en œuvre.

Internalisation et "Principe du Pollueur-Payeur"

• Recherche de voies possibles pour l'internalisation des coûts des dommages liés à la pollution atmosphérique (meilleure tarification des énergies, du transport, etc...dans le but d'aboutir à un meilleur prix "vérité") ;

• Etude des politiques fiscales environnementales menées dans différents domaines (qualité des eaux, déchets,...) en France et à l´étranger applicables au domaine de la qualité de l´air et débouchant sur une tarification plus juste ou incitative ainsi que sur le développement d'instruments de marché (permis, etc) ;

• Estimation de l'impact indirect de l'internalisation des coûts externes et des coûts de dépollution en termes d'effets sur la compétitivité, les activités économiques ainsi que sur l'équité sociale.

Certaines actions pourront faire l´objet de partenariats avec d´autres branches du PREDIT (bruit,...)

AXE 3 : Outils d'évaluations des politiques publiques

Cet axe a en particulier pour objectif d'encourager les approches socio-économiques de la pollution atmosphérique afin notamment de renforcer et compléter les axes 1 et 2. Il convient ainsi d'encourager des recherches complémentaires à l'évaluation du risque lié à la pollution de l'air en insistant sur la perception de ce risque, son acceptabilité au niveau individuel mais aussi sur une dimension plus collective et politique de cette question.

3-1 Evaluation des comportements individuel et collectif

Les textes législatifs et les discours publics s'appuient sur des principes qui rencontrent globalement l'adhésion des citoyens mais ces principes ne se traduisent pas par des modifications de comportement. Il est donc nécessaire de mieux comprendre les mécanismes de perception ou de représentation de la pollution atmosphérique pour apprécier la part de différents facteurs (économique, sanitaire,…). Lorsque cela est possible, les approches étudiées pourraient utilement être mises en relation avec des mesures de pollution objectives. Aussi des travaux sont particulièrement attendus sur les points suivants :

• Perception d´une ambiance polluée : en milieu clos (habitat, lieu de travail), en milieu ouvert et/ou dans divers types d´environnements urbains, tels que, par exemple, le bâti horizontal ou vertical, la salubrité de l´habitat ou encore en fonction des conditions atmosphériques, etc. La pollution est-elle identifiée à une exposition à des polluants précis (tabagisme passif) ou intégrée dans la notion globalisante de confort ? Est-elle identifiée à des facteurs olfactifs, visuels ?

• Place des risques sanitaires pour soi ou pour les autres (enfants notamment) dans les représentations de la pollution atmosphérique. On tiendra compte du type d´effet (court terme, long terme), d´habitat (individuel / immeuble / lieu de travail / lieu collectif), d´environnement (urbain / rural).

• Développement d´outils innovants pour la reconstitution de bilan espace / temps / activités selon les âges, les pays, les différents lieux de résidences…, tant pour mener des études d´exposition que pour dégager des enseignements psycho-sociologiques notamment sur la mobilité des personnes en croisant les données recueillies avec d´autres outils comme les enquêtes ménages en lien avec le PREDIT.

• Perception de la pollution atmosphérique en fonction de l´échelle locale régionale ou internationale.

• Recensement des déterminants de la relation pollution atmosphérique / sensation de bien-être / gêne (odeurs, retombées de poussières, salissures, noircissement des bâtiments, effets supposés ou réels sur la santé, effets supposés ou réels sur l´environnement,...).

• Consentement à payer des citoyens pour moins de pollution atmosphérique en fonction des caractéristiques socio-économiques des ménages.

• Place de la responsabilité individuelle et collective : cette analyse devrait faire intervenir les attributions des causes de la pollution atmosphérique et des responsabilités supposées. Il serait souhaitable que de telles approches puissent aboutir à une modélisation intégrant les connaissances et l´information disponible, les caractéristiques environnementales, l´attri-bution causale, la responsabilité, la nocivité perçue, et les comportements palliatifs individuels ou collectifs souhaitables.

• Modification volontaire ou obligée du comportement face à un risque supposé ou réel et l´acceptabilité qui en résulte. Cette approche pourrait également permettre une modélisation des réactions possibles à une augmentation de la pollution atmosphérique.

3-2 Approches systémiques

Evaluation des systèmes de production ou de services (systèmes de transport, énergétique, habitat) par une analyse de type cycle de vie mais en termes d'émissions et, si possible, d'impacts. Ces approches doivent s'intégrer dans la dimension prospective conférée à cet appel à propositions de recherche de manière à encourager des prospectives globales permettant d'éviter des effets pervers ou des transferts de pollution.

3-3 Evaluation de l'information et de l'éducation des personnes à l'environnement

En matière de risque environnemental, les "affaires" récentes ont montré combien, en dernier ressort, l'opinion publique a un poids important lors de la prise de décision. Savoirs "profanes" et savoirs scientifiques doivent s'entrecroiser. Dans cette perspective, il convient de distinguer les outils d'information (diffusion des données sur la qualité de l´air, ses effets sur la santé et l´environnement) et les outils de communication qui doivent s'interroger sur les mécanismes de la diffusion large d'une culture de la pollution atmosphérique. Ainsi des travaux sont plus particulièrement attendus sur les points suivants :

• Peur et responsabilité utilisées comme "levier" de médiatisation de la question de la pollution atmosphérique et de sensibilisation de l'opinion. Les messages s'appuyant sur la peur concernent-ils surtout le court terme et les alertes ou bien voit-on émerger des peurs millénaristes liées aux effets de la pollution atmosphérique à long terme ou aux pollutions de manières générales ? Quels sont les messages qui peuvent s'appuyer sur la responsabilité des individus à long terme ?

• L´adaptation de l´information et de l´éducation en fonction des différents types de population.

• Pertinence des indicateurs de pollutions dans un processus de prise de conscience et d´information / éducation de la population à la pollution atmosphérique, à partir des exemples français et étrangers.

3-4 Evaluation des dispositifs de gestion

L´objectif poursuivi est de proposer des outils pour évaluer la mise en place et l´acceptation des dispositifs de planification mis en œuvre, notamment dans le cadre de la Loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie (Plans régionaux pour la qualité de l'air, Plans de déplacements urbains). En effet, il est encore trop tôt pour que l´évaluation porte sur les résultats acquis grâce à ces dispositifs. Des approches comparées régionales et internationales seraient les bienvenues. Ainsi des travaux sont particulièrement attendus sur les points suivants :

• Mise en perspective historique des politiques mises en œuvre pour la gestion des risques sanitaires liés à la qualité de l´air : contamination chimique (ex : plomb, intoxications au monoxyde de carbone), microbiologique (ex : légionelle) ou physique (ex : radon, amiante).

• Etude des déterminants météorologiques, démographiques, socio-économiques des émissions sur le long terme, ainsi que des expositions ;

• Analyse du rôle des acteurs dans les commissions ad hoc mises en place. Notamment, la place occupée par l´expertise scientifique sur les impacts sanitaires et environnementaux mais aussi la place accordée aux "savoirs profanes" et aux associations ;

• Traduction juridique et problèmes soulevés par le recours au principe de précaution dans le domaine de la qualité de l'air.

• Bases juridiques permettant de cibler les responsabilités individuelles ou collectives en matière de pollution atmosphérique. Les bases juridiques des outils de planification instaurés (compatibilité, cohérence, aspects réglementaires…) devront aussi être examinées.


info légales - plan du site - contact
Site réalisé par Mr.Caméléon